Skip to content

Pour une aumonerie catholique à l’EFB

10 novembre 2009

CCBComme vous le savez peut-être déjà, l’initiative de créer une aumonerie catholique réunissant les élèves avocats de l’EFB (Ecole parisienne de formation des avocats) a suscité une réaction sans doute disproportionnée de la part du Bâtonnier, publiée dans son Bulletin. Je publie ici une lettre ouverte à la signature de tous ceux et celles qui, chrétiens ou non, n’approuvent pas l’excessive rigueur de la prise de position de notre Bâtonnier. Soyons nombreux à la signer (jmartinez@hhlaw.com) !

La question a donné lieu à un très bon billet de Koz. L’aumonerie est présente sur Facebook (voir ici et ).

Je laisse immédiatement la place à l’un des auteurs de la lettre…

Chers confrères,

Vous avez peut-être lu dans le Bulletin du 23 octobre dernier une lettre adressée à tous les élèves de l’EFB, par laquelle notre Bâtonnier s’oppose fermement au projet de création d’une aumônerie au sein de l’école.

Nous sommes quelques uns à avoir été très surpris de la forme de cette réaction, et à considérer son fondement discutable.

J’ai donc préparé avec quelques confrères une courte réponse à l’attention de Monsieur le Bâtonnier, en lui demandant de bien vouloir la publier dans le Bulletin. Vous trouverez cette lettre ci-dessous.

Quelles que soient vos convictions personnelles, si vous partagez mon point de vue, je vous engage à joindre votre signature à la mienne, en me répondant simplement par retour de courriel, et ce au plus vite.

Par avance, je vous remercie de bien vouloir faire suivre cette demande à ceux de vos contacts qui seraient susceptibles de vouloir signer cette lettre, en leur demandant de me faire parvenir leur réponse à l’adresse jmartinez@hhlaw.com.

Dans cette attente, je vous prie de me croire,

Votre bien dévoué confrère.

Jean Martinez

Paris, le 5 novembre 2009

Monsieur le Bâtonnier et Cher Confrère,

Vous avez publié, dans le Bulletin du 23 octobre 2009 une lettre du 21 octobre 2009 adressée aux élèves-avocats de l’EFB, par laquelle vous indiquez désapprouver l’initiative ayant consisté en l’apposition, au sein de cette école, d’affiches envisageant la création d’une aumônerie, alors qu’aucune autorisation n’avait été demandée. Vous indiquez à ce sujet qu’ « il n’est pas question de faire entrer le religieux dans un espace laïc » et qu’ « il n’y aura pas davantage d’aumônerie catholique que musulmane, juive ou bouddhiste ».

Nous comprenons votre souci de chercher à prévenir des dérives toujours possibles, et nous approuvons votre rappel des limites dans lesquelles doit se tenir l’exercice de toute religion.

Toutefois, la décision d’empêcher toute entrée du religieux dans cette école repose sur un raisonnement qui nous paraît discutable.

En effet, la création de l’aumônerie trouve son cadre dans la liberté d’association, laquelle s’exerce sans qu’il soit besoin d’obtenir une autorisation préalable.

Les règles de prévenance imposent sans doute que les auteurs d’une telle initiative en avisent l’administration de l’établissement concerné, et c’est d’ailleurs ce qu’ont fait les élèves de l’EFB en l’occurrence.

Quant au principe de laïcité, il nous semble qu’il ne saurait être invoqué à l’appui d’une décision interdisant la création d’une association à but religieux. L’EFB ne saurait mettre en place des règles plus restrictives que celles qui s’appliquent à la société civile dans son ensemble : d’une part, l’EFB est un établissement privé, et non un établissement public ; d’autre part, l’aumônerie envisagée n’a aucun lien avec la mission de service public dont est chargée cette école. La neutralité du service public n’est donc pas remise en cause.

Il serait enfin regrettable que la constitution d’une telle association soit assimilée à une manifestation de prosélytisme menaçant l’intimité spirituelle des étudiants n’en faisant pas partie. Si elle devait voir le jour, cette association aurait en effet pour seul but d’assurer une présence spirituelle auprès des élèves-avocats désirant en faire partie.

Le prosélytisme est juridiquement distinct de la pratique religieuse, en ce qu’il implique l’existence d’actes ostensibles et de propagande.

L’association dont la création est envisagée ne peut quant à elle être qualifiée de prosélyte : les activités proposées seraient conduites à l’extérieur de l’EFB, seule une information sur ces activités étant fournie dans l’école. L’expérience montre par ailleurs que les étudiants membres des aumôneries catholiques actuellement en place au sein d’établissements de l’enseignement supérieur ne font pas de prosélytisme : ils se contentent d’exercer leur liberté de croyance dans le respect de la liberté de conscience des autres étudiants et des institutions où ils étudient.

Compte tenu de la publicité que vous avez souhaité donner à votre position, nous vous saurions gré de bien vouloir faire état de cette position divergente en publiant la présente lettre dans la prochaine édition du Bulletin.

Dans cette attente, nous vous prions de nous croire, Monsieur le Bâtonnier et Cher Confrère,

Vos bien dévoués Confrères.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :