Skip to content

L’écologie humaine pour tous…

18 janvier 2010

Benoît XVI a donné une nouvelle dimension à son écologie humaine. Il en a présenté les grandes lignes dans son discours aux membres du corps diplomatique, le 11 janvier 2009. Le message de l’Église en faveur de la protection de la création n’est pas réservé aux catholiques ni à une période festive. En exposant sa conception de l’écologie humaine dans sa cohérence avec l’anthropologie chrétienne, Benoît XVI rappelle que la protection de la création n’est pas principalement une exigence esthétique mais une exigence morale.

Ordonnée au bien de l’homme et à la paix, la protection de la création se place dans le prolongement de Caritas in veritate, ainsi que le rappelle systématiquement Benoît XVI. Elle a de nombreuses implications pratiques directes que l’on ne  peut davantage tarder à prendre en compte. Le respect de la vie, la gestion des ressources naturelles, la liberté religieuse… tout cela se tient dans la perspective de l’instauration d’une paix authentique

car le livre de la nature est unique et indivisible !

Sur la liberté religieuse, Benoît XVI rappelle notamment les dangers d’une laïcité fermée de combat. Selon lui,

[i]l est donc urgent de définir une laïcité positive, ouverte, qui, fondée sur une juste autonomie de l’ordre temporel et de l’ordre spirituel, favorise une saine collaboration et un esprit de responsabilité partagée.

Cette phrase est d’une formidable densité. La référence à la laïcité positive exposée en parole par Nicolas Sarkozy dans son discours du Latran est particulièrement marquante. La liberté religieuse, mal comprise par certains, est parmi les premiers droits fondamentaux de la personne. Elle est largement méconnue à travers le monde ainsi que l’a rappelé le rapport du PEW forum.

On pouvait s’étonner de l’indifférence des médias à l’égard du message du Pape à l’occasion de la Journée mondiale de la Paix. Dans une première version de ce billet, que j’aurais aimé publié plus tôt,  je me disais que si ce nouveau discours de Benoît XVI devait rester sans échos, ce serait décidément désespérant… Il ne faut pas désespérer mais répéter sans se lasser. La doctrine sociale de l’Église à sa cohérence et aucun aspect ne peut en être négligé au profit d’un autre sous peine de la défigurer. Elle défend la liberté mais n’est pas libérale ; elle défend la création mais ordonnée au bien de l’homme.

le livre de la nature est unique et indivisible !
Advertisements
One Comment leave one →
  1. 19 janvier 2010 23 h 17 mi

    Ce qui me marque le plus dans la pensée de Benoit XVI c’est cette notion de developpement intégral, qui est à la fois profondement ambitieuse et en même temps indispensable au vrai bonheur. Morceler la doctrine sociale en ne prenant que ce qui nous intéresse, tout comme ne s’attacher qu’à l’écologie sans penser à l’Homme dans son integralité, c’est clairement perdre comme tu dis la cohérence qui fait la puissance d’un message visant rien de moins que le bonheur de l’Homme : qui ose prposer cela aujourd’hui hormis l’Église?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :