Skip to content

Personnalisme et spiritualité de communion

26 juin 2010

Emmanuel, je vous présente Chiara, fondatrice des Focolari

Chiara, je vous présente Emmanuel, philosophe personnaliste

Il faut remercier le Père Emmanuel Pic d’avoir eu l’intuition de la fécondité d’une telle rencontre et d’avoir eu le courage de faire dialoguer deux penseurs chrétiens parmi les plus originaux du XXe siècle. Dans son ouvrage Personnalisme et spiritualité de communion, paru chez Nouvel Cité, le P. Pic non seulement expose avec clarté, précision et bienveillance les idées d’Emmanuel Mounier et de Chiara Lubich, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, mais il nous conduit à reconnaître la richesse de leur rapprochement. Il faut admettre qu’a priori ce n’était pas évident. Non pas parce que ces auteurs semblent éloignés mais surtout parce que leurs lecteurs ne sont pas les mêmes. Ce constat justifie d’ailleurs totalement le découpage de l’ouvrage en trois parties. La première est consacrée à Mounier, un homme de travail. Le deuxième présente la vie et la pensée de Chiara Lubich, une femme de dialogue. La rencontre a lieu dans la troisième et dernière partie. A aucun moment les difficultés voire les critiques adressées aux deux penseurs ne sont esquivées. La quasi nullité de Mounier au plan de la tactique politique n’est pas oubliée (p. 64) même si, au regard du sujet de l’ouvrage, elle est largement relativisée. Pour ma part, c’est surtout sur Chiara Lubich et les Focolari que j’ai appris le plus de choses. Pour d’autres, ce sera sans doute Mounier que l’on apprendra à connaître un peu mieux.

Je ne résumerai pas le travail du P. Pic. Vous n’avez qu’à acheter le livre ! Je voudrais simplement formuler quelques brèves observations sur ce que m’a apporté la lecture de cet ouvrage.

L’engagement du chrétien dans le monde ne peut qu’être singulier, voire tragique comme dirait Mounier. La dimension politique de cet engagement est source de difficultés lorsque l’on se limite à un engagement partisan. Sur ce point, l’éclairage de la spiritualité de communion permet de tenter d’échapper aux écueils d’un certain personnalisme. Mounier a parfois tellement voulu dialoguer avec les courants dominants de son temps qu’il a pu être qualifié successivement de crypto-fasciste dans les années 1930, de quasi vichyste en 1940 avant d’être considéré comme philo-communiste après guerre. Chiara Lubich, comme Madeleine Delbrêl en France, a su éviter une telle confusion.

Si le chrétien veut changer le monde, comme il a su le faire à la fin de l’antiquité, c’est en mettant en œuvre l’enseignement du Christ et non en mettant en place des structures, ce que Mounier avait d’ailleurs vu par ailleurs (p. 135). Les Focolari ont une action politique bien que non partisane. L’économie de communion, en particulier, illustre comment un mouvement d’Église peut contribuer, modestement mais réellement, à changer le monde. En commentaire d’un billet sur la démocratie chrétienne chez les Sacristains, j’envisageais un peu naïvement, un peu sans illusion, la possibilité d’une forme de mouvement social chrétien qui pourrait renouveler les formes d’actions politiques des chrétiens et notamment des catholiques parfois si mal à l’aise face à la politique actuelle. L’engagement, au sens personnaliste du terme, enrichi par la spiritualité de communion conduit à des réalisations qui, à la réflexion, répondent à ce souhait. Dans le même ordre d’idées, Sant’Egidio, fondé par Andrea Riccardi, répond aussi à cette attente et peut-être même dans une démarche encore plus proche du personnalisme de Mounier que celle de Chiara Lubich et des Focolari.

Une des trouvailles du P. Pic réside dans un entretien qu’Emmanuel Mounier a donné à Cronache sociali en 1949. La lecture de ce texte est extrêmement intéressante. Mounier y revient précisément sur la notion d’engagement et sur la question des rapports entre chrétiens et communistes si sensibles à l’époque. On y comprend que Mounier ne se voulait pas si proche que cela des progressistes et qu’il percevait les risques de confusion dans leur démarche. Il met en garde aussi contre le risque de l’abstention et de l’apolitisme. Selon Mounier,

seule une indiscutable puissance créatrice justifie ce retrait de l’esprit ; beaucoup de ceux qui ne sont que des consommateurs de culture, sous prétexte de « pureté », de « l’autonomie de l’esprit », de la « fidélité à l’Éternel », fuient simplement leur devoir d’hommes dans un monde angoissé. Je me méfie de ce dernier groupe d’abstentionnistes, d’ « apolitiques » de tout type : il y a parmi eux beaucoup de déserteurs.

Sur la question de l’engagement, comme sur bien d’autres, le livre du P. Pic invite à la réflexion et à l’action…

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. 27 juin 2010 7 h 48 mi

    En complément : pour commander ce livre à La Procure (ce que je viens de faire !) : http://www.laprocure.com/livres/emmanuel-1958-pic/personnalisme-spiritualite-communion-avec-emmanuel-mounier-chiara-lubich_9782853136112.html

    J'aime

  2. 27 juin 2010 12 h 35 mi

    A la lecture de cet article, je cherche à trouver le livre d’Emmanuel Pic… et je trouve l’illustration parfaite de mon commentaire sous le billet de David Lerouge http://davidlerouge.fr/index.php?post/2010/06/26/Coups-de-crocs-dans-les-niches

    Pourquoi ne trouve t-on pas ce genre d’ouvrage chez Amazon ?!

    J'aime

  3. 28 juin 2010 7 h 48 mi

    si, si c’est aussi chez amazon… mais on leur fera le plaisir de ne pas acheter dans cette boite. Amazon ne vend pas moins cher (mais parfois il commande plus vite)… simplement amazon, il vous fait des propositions automatisées, il ne connait pas les anciens bouquins, il ne fait pas un boulot de libraire, il fait un boulot d’ordinateur. Quand tu sais ce que tu cherches, c’est pratique, sinon, tu restes dans les affres de tes lectures habituelles. CHez amazon, tu ne feuillettes pas le livre. Et ça compte.

    sinon, j’avais repéré ce livre à cause de sa délicieuse homonymie d’auteur. Je ne me suis pas aventuré dedans.
    Merci de la recension.

    J'aime

  4. 28 juin 2010 9 h 13 mi

    J’ai mis le lien vers l’éditeur, cela me paraît aussi bien dans ce cas. De manière générale, je n’avais pas perçu la question du libraire…

    Sinon, sur le fond, je vous invite évidemment à lire l’ouvrage du P. Pic (un cousin du « nôtre »).

    J'aime

  5. GChamouton permalink
    19 juillet 2010 13 h 53 mi

    Comme les précédents je commande l’ouvrage et je l’emporte pour les vacances.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :