Skip to content

Priorité au bon sens : une allégorie de la justice et du droit

12 juillet 2010

Priorité au bon sens… tel est le titre d’une sculpture qui retient mon attention chaque fois que je passe dans une cité alpine connue pour être l’une des plus hautes, si ce n’est la plus haute, ville de France. Été comme hiver, elle m’interdit d’oublier que je ne suis qu’un juriste en vacances…  Une hermine se déplace sur le fléau d’une balance à deux plateaux. Le premier, celui de gauche, contient les mots lois et réglemen[ts]. Le second contient les mots bon sens. Un poing serré sortant d’une inquiétante pile de codes tient fermement le fléau. Avouez que cela change de la femme aveugle avec son glaive et sa balance…

L’hermine est, pour l’artiste, le symbole du juge. Traditionnellement, elle représente l’innocence et la pureté dans la conduite, dans l’enseignement, dans la justice (J. Chevalier, A. Geerbrant, Dictionnaire des symboles). La légende dit que l’hermine préfère la mort à la souillure. Elle symbolise l’honneur inébranlable du juge dont elle revêt d’ailleurs le costume, comme celui de l’avocat en principe  (Sur le costume judiciaire V. A. Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, p. 71 not. p. 73 et 76 sur l’hermine de l’épitoge).

Un rapide regard fait clairement comprendre que la brave hermine se dirige de façon à faire peser la balance du coté du bon sens. La justice préfère le bon sens aux lois et règlements. Le thème d’une justice populaire pleine de bon sens est bien connu. Il est séduisant bien que non dépourvu d’ambiguïté. Le bon sens serait la chose du monde la mieux partagée. Rien n’est moins sûr. Il ne s’agit pas simplement du sens commun, d’un sentiment partagé de ce qui est juste. Cela irait avec une dose importante de démagogie étrangère à la vrai justice. Il s’agit du bon sens… Il ne s’agit pas d’un sentiment mais d’une œuvre de la raison que je souhaite inspirée par la loi naturelle. Le bon sens qu’un de mes maîtres aime rappeler doit être défendu dans les assemblées parlementaires et judiciaires et, bien entendu, à l’Université.

Les lois et règlements ne sont pas totalement écartés. Ils entrent en balance dans la grande pesée illustrée par la sculpture. Ils sont également au fondement de cette pesée. L’artiste n’avait sans doute pas cette idée en tête lorsqu’il a placé les codes empilés ainsi. Aucun n’est ouvert. Ils s’entassent sans utilité évidente : code civil, code pénal, code général des impôts, code du travail et code… un code reste invisible à l’observateur qui se tient face à Priorité au bon sens.

Question : quel est le code caché ?

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. pourquoisecompliquerlavie permalink
    13 juillet 2010 20 h 39 mi

    Le code d’Hammourabi ?
    Le Code d’honneur ?
    Le code génétique ?
    le code de la route ?
    un code postal ?
    Un code NAF ?
    Un code APE ?
    Un code IATA ?

    Zut, plus d’idées.

    J'aime

  2. bzavier permalink
    19 juillet 2010 13 h 46 mi

    Tout le monde sait que le code caché est celui de la bible, ah non, pardon, celui de Da Vinci. Enfin, un de ceux-là, expliqués dans des bouquins en américain à couverture dorée et lettres embossées.

    Sinon, sur la photo, le code dont la tranche est de l’autre côté, ne serait-il pas le code du commerce ?
    Sinon, il y en existe une bonne pelletée de candidats, mais aucun ne me semble avoir l’envergure pour faire bonne figure au côté des autres. (Et le code du commerce, justice consulaire, me semble celui dont l’application fait le plus appel au bon sens, et ainsi ne mérite pas d’être trop exposé à la vindicte de ce rappel sculptural).

    Détail amusant, une fois passée (par la gauche) la « priorité au bon sens », un panneau réglementairement triangulaire vous informe que « vous n’avez pas la priorité ».

    J'aime

  3. pourquoisecompliquerlavie permalink
    19 juillet 2010 14 h 15 mi

    Mais, non, c’est forcément le Code de l’Urbanisme !

    Une statue en ville : ce ne peut pas être le Code rural, ce ne peut être que le Code de l’Urbanisme !

    @bzavier : cela prouve qui vous ne faites pas assez attention aux twits. Je l’avais twitté et Thomas More me doit une photot dédicacée ! NA !

    Moi aussi perdu 20 min de mon temps 😉

    J'aime

  4. 19 juillet 2010 19 h 05 mi

    Bravo à PSCLV pour sa perspicacité… je n’oublie pas la photo (de l’oeuvre pas de moi) dédicacée.

    Bravo aussi à bzavier pour sa contribution inspirée!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :