Skip to content

C’est la lutte fiscale… (sur un air connu)

18 novembre 2010

Certains rêvent en couleur, d’autres en noir et blanc. Certains font de beaux rêves, d’autres des cauchemars. Certains se souviennent de tous leurs rêves, d’autres les oublient aussitôt réveillés. Les rêves, il y en a de toutes les tailles ; il y en a pour tout le monde.

Et puis, il y a ceux qui rêvent fiscalité.

Ceux-là, lorsqu’ils sont élus président de la République (ce qui vous en conviendrez n’arrive pas tous les quatre matins), ils font une loi TEPA dont on oublie la signification (Travail, emploi et pouvoir d’achat) mais pas la dose d’injustice qu’elle contient. Vous voulez du rêve ? Voilà de la fiscalité ! Travailler plus pour gagner plus a toujours été un slogan stupide mais il est même devenu par un lent renversement l’expression d’une idéologie fondée sur l’avidité ; celle-là même qui a conduit à la crise actuelle lorsqu’elle est mise en œuvre par un grand pays.

Nous avons le plaisir d’avoir depuis dimanche dernier (le travail dominical par l’exemple !!), un nouveau gouvernement mais avec le même premier ministre et le même président. Et revoilà du rêve fiscal : une grande réforme fiscale est prévue pour 2011. Nous pouvons admirer les perspectives ouvertes par la disparition du bouclier fiscal. Nous pouvons également souffler d’être libéré du joug de l’ISF (pas vous ?). Ne négligeons pas toutefois de méditer un instant au-dessus de l’abyssal déficit de 149,7 milliards d’euros que nous pourrons léguer à nos enfants. Voilà un paysage idyllique !

A peine un an avant les élections présidentielles, une telle réforme peut paraître à la fois décalée et dangereuse (ici). Une telle perspective peut rendre plus crédible l’émergence d’une alternative au gouvernement actuel sans pour autant s’exposer au retour de la gauche. La complexité et l’injustice de notre système fiscal, loin d’être inspiré par la doctrine sociale de l’ Église, sont unanimement reconnus. Une réforme fiscale limitée est trop technique pour intéresser les foules. Le projet suscitera ce qu’il faut de débats pour montrer que la fiscalité française est peu cohérente. La différence de traitement des revenus du capital et des revenus du travail ressortira avec plus d’évidence encore. La réforme ne contentera personne. Elle sera d’autant moins bien accueillie que la suppression de l’ISF serait compensée par une taxation sur les revenus du patrimoine qui toucherait par hypothèse plus de monde. Et puis surtout, les français attendent-ils d’abord une réforme fiscale ? C’est vrai, il y a le chantier de la dépendance (confié à Roseline Bachelot), la sécurité (encore) et la responsabilité du G20. Bon finalement, c’est peut-être que tout va bien en France après tout…

 

Advertisements
3 commentaires leave one →
  1. 18 novembre 2010 18 h 21 mi

    t’as oublié la bande son: http://www.youtube.com/watch?v=wgMmUJBkOT8

    J'aime

  2. 19 novembre 2010 21 h 21 mi

    oui, comme d’hab, prendre plus à plus de gens qui ont pas grand chose mais qui peuvent pas partir à l’étranger avec, et qui seront obligés de payer en se taisant, qui sont obligés de garder un logement principal, et qui mangeront du riz pour pouvoir payer grassement les pantins de la région, du département et de leur commune qui ne trouvent rien de plus important à faire que des expositions et des vernissages, comme si on avait les moyens de ça!

    Donc je prends acte: en gros, bien qu’enseignante, au lieu de manger du riz + un steack haché à 35 cts à midi, je mangerai du riz avec un demi steack haché à 35cts à midi, et toujours pas de fruits ni de légumes, sauf quand on me donnera des pommes ou des coings ou des châtaignes. (je schématise, il m’arrive d’acheter autre chose, mais en gros, c’est quand même ça le plus souvent, et encore, moins 2 jours par semaine)

    et je continuerai à leur donner encore plus que les 966€ de taxe foncière et 544€ de taxe d’habitation (et j’ai pas la télé) et 1500-1700€ d’impôts sur le revenu + 900€ de remise aux normes imposée d’un truc qui marche très bien chaque année, et je parle pas de l’essence pour aller au boulot (le bus passe devant chez moi, mais il est plus cher!!).

    Tout ça pour éviter de devoir recevoir mon fils dans un studio quand il revient me voir: mon appart est à moi, mais entre juste le syndic (dont travaux inutiles imposés), les assurances et les taxes, il me revient à 428€ par mois. sans les autres charges (EDF, téléphone…).

    Bien, joué, l’état providence : tu touches un super loyer sur tous les appartements dont quelqu’un est propriétaire! il fallait y penser. ça fait un peu mafieux, mais bon…
    Le seul problème, c’est que plus personne n’investira dans le logement, ni le sien, ni pour louer, du coup, ça va finir par se tarir, ça aussi… c’est malin!
    enfin, ça fait rien, tu vas continuer comme ça jusqu’à la corde: je fais pareil avec mes pantalons, après tout, j’ai rien à dire.

    J'aime

Trackbacks

  1. Tweets that mention C’est la lutte fiscale… (sur un air connu) « Thomas More -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :