Skip to content

Tel est-on…

3 décembre 2010

Je n’ai jamais donné pour le téléthon et je ne suis pas prêt de donner. Suis-je un affreux méchant ? Un sans coeur qui ne voit pas la souffrance des malades et surtout celle de ces enfants qui savent que rien n’arrêtera la maladie en l’état des connaissances actuelles ? Peut-être suis-je simplement un catholique obscurantiste… C’est ça et aussi un peu le reste ! Fin de l’histoire…

Eh bien non… ce n’est pas ça ! D’abord, la grande cérémonie du téléthon est une forme de chantage émotionnel insupportable qui prétend imposer certaines orientations fondamentales à la recherche. Parmi elles, la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires. Cette voie est encore souvent présentée comme la seule envisageable alors qu’elle n’a rien donné depuis 20 ans à l’étranger et qu’il existe des alternatives éthiques à la recherche sur l’embryon (PO Arduin). Ne venez pas dire que c’est une nécessité en France pour rattraper notre retard sur l’Angleterre ou les Etats-Unis… Ces pays ont effectivement pris de l’avance en matière d’échec ! Quant à la recherche sur les cellules souches adultes et surtout sur le sang de cordon, qui donne déjà quelques résultats, elle reste minimisée pour des raisons obscures. La raison et l’humanité devraient inviter à promouvoir les recherches les plus prometteuses et qui ne présentent pas de difficultés éthiques. L’Eglise de ce point de vue est favorable à la recherche scientifique au service de l’homme et notamment des malades.

D’ailleurs, qui sait que des enfants que l’on prétend sauvés de la maladie ne sont en réalité que les rescapés d’un diagnostic pré implantatoire (DPI en terme euphémisant) ? En réalité, ils n’ont jamais été malades. Les embryons malades n’ont pas été implantés et sont souvent utilisés pour la recherche. Le téléthon est la pompe (piège?) à dons qui finance transgression sur transgression.

Le minimum serait justement de permettre l’orientation des dons. Solution qui est refusée avec une constante fermeté par l’AFM. Sans doute, cela n’est-il pas facile mais il s’agit d’une exigence éthique minimum qui ne peut être écartée pour de simples raisons de coût ou d’organisation. En réalité, cette proposition minimale est refusée parce que la volonté de favoriser la recherche sur l’embryon est une donnée fondamentale de la politique de recherche de cette association. Les liens de l’AFM avec Marc Peschanski et son laboratoire I-Stem (spécialisés dans la recherche, illégales à mon sens, sur les cellules souches embryonnaires) sont notoires.

Face au téléthon, les Français et notamment les catholiques devraient davantage s’informer et peser en faveur d’une recherche éthique au service de l’homme et respectant l’humanité notamment dans son représentant le plus faible. En l’état, une seule solution… la manifestation, l’abstention : une forme d’objection de conscience qui peut prendre une forme positive comme, par exemple, un don à la Fondation Jérôme Lejeune.

Rappel  : le texte de Pierre-Olivier Arduin qui a fait surgir le débat en 2006…

«Il n’est plus possible de participer au Téléthon»

DANS QUELQUES SEMAINES se tiendra le fameux Téléthon sur lequel notre Commission souhaite apporter un éclairage éthique. S’il ne nous appartient pas de juger les Français dont l’élan annuel de générosité et de solidarité est bien souvent sincère, disons tout de suite qu’il ne semble plus possible aujourd’hui de participer au financement de ce grand show médiatique.

Le philosophe Jean-Claude Guillebaud avait dès 2003 tiré la leçon de nos ambiguïtés : «Avons-nous conscience de l’ambivalence de nos choix ? Nous affichons une compassion envers les personnes souffrant de handicaps, de maladies génétiques, et nous les soutenons, y compris matériellement, dans des manifestations médiatiques spectaculaires du type Téléthon, et simultanément nous demandons aux médecins de se dépenser sans compter pour essayer de dépister ces personnes avant leur naissance ; nous leur demandons en somme de nous aider à leur éviter de naître.»

Nous savons en effet que c’est l’AFM (Association française contre les myopathies), organisatrice du Téléthon, qui a obtenu par son militantisme la publication des décrets d’État concernant le diagnostic pré-implantatoire (DPI) dont l’objectif est de trier les embryons pour éliminer ceux qui sont malades. Le DPI est venu appuyer le diagnostic prénatal (DPN) dans une grande stratégie eugéniste mise en scène de manière triomphale : les “bébéthons” — qui sont sains parce que n’ayant jamais été malades — ne sont que les survivants d’avortements programmés in vitro ou in utero.

Déployant cette logique mortifère jusqu’au bout, les nouvelles orientations de la recherche biomédicale promue par les organisateurs consistent à développer les expérimentations sur les embryons humains tout en persévérant dans un lobbying auprès des responsables politiques pour que le clonage soit rapidement dépénalisé.
C’est en 2004 que s’opère ce nouveau tournant, puisque cette année-là, le Téléthon permet de financer le tout nouvel Institut de recherche dédié aux cellules souches embryonnaires, l’I-STEM. Ceci est doublement contestable.

D’abord, sur le plan de la pure vérité scientifique qui vient d’éclater à Rome lors du congrès tenu sur les cellules souches adultes, sous l’égide de l’Académie pontificale pour la Vie, associée à la Fondation Jérôme-Lejeune et à la Fédération internationale des médecins catholiques. Des scientifiques du monde entier réunis par l’Église ont pu faire part des progrès étonnants réalisés dans le domaine des cellules souches non embryonnaires, à tel point que ce colloque à été relayé par toute la presse française, sidérée de la désinformation qui régnait jusqu’alors. En Angleterre par exemple, pas une avancée ou le moindre début de résultat à se mettre sous la dent en quinze années d’autorisation de clonage dit thérapeutique et de recherche sur les cellules souches de l’embryon. Sans compter les observations d’instabilité de l’ADN et de prolifération tumorale anarchique décrites dans les expériences animales !

Pendant ce temps, les découvertes inattendues s’engrangent avec les cellules de la moelle osseuse, de cordon de bébé, de l’épithélium olfactif, même le dogme de l’absence de cellules souches au sein du cerveau adulte et de leurs populations neuronales vient de tomber. Mais le point essentiel est bien que le droit fondamental et primordial à la vie de l’enfant embryonnaire dès sa conception est intangible ainsi que l’a rappelé Benoît XVI aux congressistes.

Or, dans le cas d’un principe qui n’admet ni dérogation, ni exception, ni compromis, les chrétiens doivent comprendre qu’est en jeu l’essence de l’ordre moral de la société et que leur engagement n’en devient que plus évident. Ils ne peuvent coopérer au mal mais doivent précisément s’y opposer. Le Saint-Siège ne vient-il pas nous conforter en rompant totalement ses soutiens financiers à Amnesty International parce que le bureau de direction avait voté la promotion du droit à l’avortement dans le monde ?
N’avait-il pas fait de même dans les années 90 lorsque Jean-Paul II avait décidé de stopper toute aide matérielle à l’Unicef qui finançait des programmes de santé en faveur des « droits reproductifs » ?

Oui, «l’opposition est frontale et définitive à la recherche détruisant des embryons humains» selon l’expression forte de Mgr Sgreccia, président le l’Académie pontificale pour la Vie. Mais parce que les résultats scientifiques sont là comme pour conforter la cohérence éthique du magistère de l’Eglise – «la recherche sur les cellules souches somatiques mérite l’approbation et l’encouragement quand se conjuguent heureusement ensemble le savoir scientifique, la technologie la plus avancée et l’éthique qui postule le respect de l’être humain à chaque stade de son existence» a pu déclarer Benoît XVI — , l’appel est d’ores et déjà lancé pour un engagement et une collaboration «des forces économiques qui sont intéressées» pour le développement d’une médecine régénérative moderne et éthique.

Pierre-Olivier Arduin

Advertisements
8 commentaires leave one →
  1. 3 décembre 2010 11 h 32 mi

    « En réalité, cette proposition minimale est refusée parce que la volonté de favoriser la recherche sur l’embryon est une donnée fondamentale de la politique de recherche de cette association. « 

    Et s’il n’y avait que cette association, mais lorsque l’on sait que Valérie Pécresse soutient également la recherche sur l’embryon… Le travail à faire pour faire admettre que ce n’est peut-être pas la seule voie possible semble ardu.

    J'aime

  2. Le Cathoblépas permalink
    3 décembre 2010 11 h 33 mi

    Merci pour ce billet d’humeur.

    Le téléthon est un tabou national et la doxa majoritaire veut qu’hors du téléthon point de salut.

    Contrairement à l’Angleterre où chaque année les dons sont reversés à une association différente, nous français ne pouvons subventionner que l’AFM.

    Il existe des alternatives au monopole de l’AFM et je vous remercie de vous faire le relai de la Fondation Jérôme Lejeune.

    Comme vous le dites si bien : « Les Français et notamment les catholiques devraient davantage s’informer et peser en faveur d’une recherche éthique au service de l’homme et respectant l’humanité notamment dans son représentant le plus faible. »

    J'aime

  3. Athéna permalink
    3 décembre 2010 12 h 11 mi

    Très intéressant, merci. je vais faire suivre…

    J'aime

  4. 3 décembre 2010 19 h 59 mi

    Vous avez raison : il faut dire tout cela.

    Par ailleurs, l’opposition farouche des chrétiens américains a permis des recherches qui ont abouti à la transformation de cellules adultes en cellules souches directement implantables chez celui à qui les « vieilles » cellules ont été prélevées.

    J’avais fait, il y a quelques mois un papier à ce sujet. Il reste d’actualité http://bit.ly/agvuiW

    Il faut donc effectivement encourager une autre recherche, respectueuse et honnête.

    J'aime

  5. Marie permalink
    4 décembre 2010 1 h 15 mi

    Je suis vraiment choquée et désolée que tant de catholiques continuent à adopter cette position aussi radicale envers le téléthon. Et je ne m’attendais pas vraiment à trouver un billet de ce genre sur votre blog.

    Il faut savoir qu’avant tout le téléthon permet aux malades d’avoir une vie quotidienne décente en aidant à l’achat de matériel , aux soins médicaux et à l’intégration dans les écoles pour les enfants… tout cela nécessite de l’argent (un fauteuil électrique coute 24 000€, aménagement des voitures…).
    Et il ne faut pas oublier le fait qu’il contribue surtout à faire sortir les malades de l’oubli et leur permet de s’intégrer un peu mieux dans la société actuelle. Et là nous parlons bien du respect du malade, de sa personne et de sa vie.

    Si l’AFM est en lien avec des laboratoires qui fait des recherches sur les cellules souches embryonnaires, c’est qu’elle explore toutes les pistes pour les malades, y compris les cellules souches issues des cordons ombilicaux ou les cellules souches adultes. Ca ne représente qu’une infime partie des recherches menées et de l’argent dépensé (1-2%). Quant au DPI il est rare (meme si il faut dire que c’est toujours trop) et uniquement financé par la sécurité sociale.
    Sachez de plus que avancées des recherches sont réelles et justement dans des domaines et avec des moyens ne touchant pas du tout aux cellules souches embryonnaires. Des enfants ont été guéris par thérapie génique (vous pouvez vérifier, ça n’a rien à voir avec les cellules souches).

    oui battons nous pour que les recherches sur les cellules souches embryonnaires soient interdites, c’est nécessaire, mais ne ramenons pas cette bataille au seul téléthon!
    ne stigmatisons pas cette initiative de familles de malades révoltés par la souffrance de leur enfant, qui permet maintenant à de nombreux malades de vivre et d’etre acceptés par notre société qui, vous le savez, n’aime pas tellement la faiblesse.

    nous ne vous demandons pas de donner au téléthon si vous pensez que c’est en contradiction profonde avec vos convictions, juste de ne pas faire ce type de billet qui adopte une position peu charitable et peu en accord avec la réalité.
    Et pour finir, sachez que les malades catholiques et leurs familles souffrent de voir une partie de l’Eglise adopter ce type de position.

    J'aime

    • 4 décembre 2010 11 h 20 mi

      Je ne nie pas le travail fait pour fournir du matériel ; je sais que toutes les recherches ne portent pas sur l’embryon (les chiffres sont contestés mais peu importe) ; le dpi n’est pas aussi systmatique. OK

      Il reste qu’il est impossible d’obtenir le fléchage (à ma connaissance) des dons…. la position de l’Eglise est exigente et elle ne peut être diluée… ce qui m’agace c’est au contraire l’engagement de cathos qui ne savent pas ce qu’ils aident à promouvoir (bref les mails reçus pour soutenir l’opération).

      J'aime

  6. emi permalink
    4 décembre 2010 15 h 42 mi

    A marie
    Votre réponse est typique de celle qui agace les catholiques!
    Pas charitable car on refuse que nos dons contribuent à tuer des embryons!
    Je vous signale que même si les chiffres que vous avancez étaient vrais (ce dont je doute fort ) et même s’ils étaient encore plus réduits .Le fait que un seul embryon soit sacrifié dans vos pseudo-recherches pour soigner les myopathes suffirait à rendre le moindre don absolument inacceptable!Vous qui prétendez défendre les faibles et les exclus ,vous faites forts peu de cas de toutes les vies sacrifiées pour cela!Refusez d’admettre cela c’est commettre un déni de réalité confondant.
    Le billet en question est plus que légitime et je regrette qu’il n’y ai pas davantage de monde pour dénoncer cette vaste supercherie qui nous entoure .Alors vive l’église ! et a bas le téléthon!

    J'aime

  7. 5 décembre 2010 22 h 38 mi

    @Emi et Marie, c’est vrai que l’argument « vous n’êtes pas charitable… » est un peu entendu/attendue (vous le début du billet d’ailleurs). Si j’ai écrit ce billet (d’humeur) c’est justement parce que les pratiques impliquées au moins indirectement par les recherches financées me choquent et surtout parce que beaucoup de catholiques ne savent pas vraiment ce que cela implique. Pourquoi lutter contre les maladies en sponsorisant des chercheurs privilégiant de manière quasi systématique la trangression ?

    Demandons d’abord le fléchage des dons puis une plus grande exigence éthique dans le choix des recherches financées. Pour le reste reconnaissons que dans l’aide quotidienne aux malades et à leur famille, le travail n’est pas mauvais dans l’ensemble.

    Petite remarque en passant : si le chiffre de 1-2% est difficile à contrôler, il faut bien voir que certaines recherches sur l’embryon ou les cellules souches embryonnaires ne seraient peut-être pas possibles sans cet appui qui à l’échelle d’un labo peut être décisif… La responsabilité est grande dans le choix des recherches financées.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :