Skip to content

Soyez saints à deux…

18 novembre 2012

Soyez saints ! et surtout soyez saints à deux…

C’est la conclusion de l’homélie de ce matin. C’est ce que j’appelle une homélie pdlg (pan dans la gueule). Elle nous a été offerte comme un écho à la mobilisation de ce week-end en faveur du mariage. Sans aucun mauvais esprit, seulement sous l’influence de l’Esprit saint qui sonde la réalité complexe des choses et de l’humaine nature, nous avons été renvoyés à ce que nous vivons de notre mariage. Qu’as-tu fait de ton sacrement de mariage ? Comme il est bon parfois de demander : Qu’as-tu fait de ton baptême ?

A suivi une petite catéchèse sur le mariage à partir des lectures du jour, épître et Évangile. Sur le fond, je ne vous apprendrais rien : le pardon et la communication dans le couple comme source de la vie conjugale. Le choix d’aimer tout au long de la vie afin de dépasser le sentimentalisme pseudo romantique de la quasi totalité des couples chrétiens ou non, hétéros ou non… apparaît comme l’un des fondements de couples qui fonctionnent (comme on dit à défaut de meilleur formule pour décrire ce bonheur mystérieux). Entre citations de l’Évangile et de Saint-Ex, l’abbé a invité, sans le dire, les couples présents à défendre le mariage en le vivant authentiquement. Manifester, c’est bien. Exposer les arguments pour conserver ce qui reste de l’institution matrimoniale, c’est bien. Vivre la vocation d’époux chrétiens, c’est encore mieux. Mais c’est bien difficile et là n’est franchement pas notre force.

De manière extrêmement fine et mesurée (bien plus que ce je pourrais réussir après des années de méditations et de contrôle de moi), Stanley Hauerwas a touché du doigt l’importance, l’ambiguïté et la faiblesse de notre défense du mariage :

Now, when marriage becomes a mutually enhancing arrangement until something goes wrong, then it makes no sense at all to oppose homosexual marriages. If marriage is a calling that makes promises of lifelong monogamous fidelity in which children are welcomed, then we’ve got a problem. But we can’t even get to a discussion there, because Christians no longer practice Christian marriage.

Si nous ne sommes pas capables de convertir notre vie de couples chrétiens, comment pensons-nous pouvoir être entendus dans le monde post-moderne ? Personnellement, la conscience de cette faiblesse me rend modeste, certains diront défaitiste, malgré la conviction intellectuelle et politique qui me conduit à m’opposer vivement à la réforme envisagée. Si l’opposition à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe n’est pas fondée sur des considérations religieuses mais en raison, il reste que la plupart des opposants sont animés d’une foi religieuse. La proposition d’une alternative à la société contemporaine n’aura de crédibilité que si les chrétiens vivent l’appel à la sainteté et surtout de la sainteté à deux !

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :