Skip to content

N’ayez pas peur (Avent III)

16 décembre 2012

Comme  dimanche dernier, Bach nous oblige à un petit jeu de piste pour retrouver ce qu’il avait composé pour le troisième dimanche de l’Avent. La matière d’une cantate du temps de Weimar (BWV 186a)  a été réutilisée à Leipzig quelques années plus tard.

L’extrait que je vous propose plus particulièrement est le Choral de la première partie. L’Incarnation paraît être une folie, elle le reste notamment pour les musulmans qui ne peuvent même pas la concevoir. Nous sommes si naturellement portés à dériver loin de Dieu. Mais Lui reste proche.

Ob sichs anließ, als wollt er nicht,
Laß dich es nicht erschrecken;
Denn wo er ist am besten mit,
Da will ers nicht entdecken.
Sein Wort lass dir gewisser sein,
Und ob dein Herz spräch lauter Nein,
So lass dir doch nicht grauen.

Cela doit donner en Français :

S’il semble ne pas vouloir se soucier de nous,
Ne sois pas effrayé ;
Car quand il est le plus près de toi,
Il ne le révèle pas.
Laisse sa Parole te donner la certitude,
Et, bien que ton cœur crie non,
Ne te laisse pas désespérer.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :