Skip to content

Le vicaire

13 février 2013

L’Église catholique n’avait pas connu ça depuis le XVe siècle : un Pape qui renonce à sa charge ! C’est même du jamais vu de mémoire de journalistes ! Trois jours après la révélation de la renonciation de Benoît XVI, quasiment tout a été dit sur le sujet (v. not. sur des registres très différents Edmond, Koz, Pneumatis et Philarête). Même l’aspect juridique qui aurait pu être négligé a été finement traité par le P. Cédric Burgun qui nous apprend tout ce qu’il faut savoir sur la Constitution apostolique Universi Dominici Gregis (V. aussi ici et ).

Il nous avait pourtant bien prévenu : Joseph Ratzinger a vécu son élection comme un choc :

la pensée de la guillotine m’est venue : maintenant le couperet tombe et c’est sur toi qu’il tombe (Lumière du monde, p. 19).

C’est devenu un lieu commun depuis lundi d’évoquer Habemus Papam de Nani Moretti, qui a su décrire la confusion d’un homme face à une responsabilité qu’il sent le dépasser. Il s’agissait toutefois d’un film, excellent au demeurant, sur l’humanité et non sur la foi et l’Église. Joseph Ratzinger avait la foi et il a su qu’il pouvait accepter la charge de successeur de Pierre. Mais il savait que ce ne serait peut-être pas toujours le cas. Aussi, à la question de Peter Seewald qui lui demandait s’il était imaginable qu’un pape puisse se retirer, Benoît XVI avait répondu:

Oui. Quand un pape vient à reconnaître en toute clarté que physiquement, psychiquement et spirituellement il ne peut plus assumer la charge de son ministère, alors il a le droit et, selon les circonstances, le devoir de se retirer (Lumière du monde, p. 51).

En se retirant, le pape manifeste parfaitement, en conscience, qu’il est un serviteur, le premier ou le deuxième serviteur du Christ sur terre (selon que l’on compte la conscience comme le Bx J.H. Newman, béatifié sous le pontificat de Benoît XVI). Entendons nous bien, cela ne veut pas dire que Jean-Paul II ait fait du zèle en vivant son agonie en restant sur le trône de saint Pierre. Le serviteur est celui qui sait discerner ce que Dieu attend de lui et s’y conforme en toute conscience. La complémentarité des deux papes est une source de richesse pour les chrétiens de notre temps.

Benoît XVI n’a pas eu le pontificat facile. J’ai déjà cité deux fois Lumière du monde mais ce livre, à lire ou à relire, révèle toute la puissance d’un pape qui a toujours su exactement ce qu’il faisait, même si la communication n’a pas été totalement maîtrisée face à des médias à l’affût. Il aurait pu être un pape de transition et écrire une ou deux gentilles encycliques mais il a compris que Dieu attendait autre chose de lui. Il a écrit trois belles encycliques dont une marquera le développement de la doctrine sociale de l’Église. Il nous a offert une œuvre magistrale et pédagogique sur le Christ pour nous rappeler que nous ne croyons pas en des valeurs mais en une personne qu’il faut apprendre à connaître. Surtout, aucune question difficile n’a été laissée en friche pendant ces presque sept années : unité des chrétiens et rapport avec les traditionalistes schismatiques, défense d’une juste interprétation de Vatican II, dialogue avec la modernité, défense de l’Évangile de la vie, pédophilie… Il a parfois été victime de ce qu’on pourrait appeler à l’avenir le syndrome Findus : son intransigeance face à la pédophilie notamment l’a conduit à exposer l’Église sainte et pécheresse face à l’incompréhension du monde et de beaucoup de fidèles. En dénonçant sans faiblir ces crimes horribles, il les mettait au jour au risque d’être lui-même accusé de les tolérer.

Dans les tempêtes qu’il a dû affronter, j’ai pris conscience que je devais les affronter avec lui. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que j’ai créé ce blog en septembre 2009, à peu près au même moment que beaucoup d’autres blogs cathos. La pensée de Benoît XVI, pape théologien parfois philosophe du droit, n’a certainement pas fini de faire sentir sa fécondité. Nous attendons avec confiance le successeur que voudra bien nous donner le Christ pour gouverner son Église.

Merci à Benoît XVI !

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :