Skip to content

N’ayons pas peur ! Restons libres !

12 janvier 2015

J’ai tenté bien des fois depuis quelques jours d’écrire ce billet. Je l’ai tourné et retourné dans ma tête en diverses occasions mais jamais je n’ai trouvé le ton juste. Je devrais sans doute m’abstenir et pourtant, je vais tenter de vous dire une chose ou deux que d’autres diraient bien mieux. De toute façon, seuls quelques égarés du web lisent encore ce blog mort©.

Je partirai d’abord des faits. C’est assez simple en réalité car tout le monde les connais. Pour faire court 17 personnes ont été assassinées par trois individus prétendant agir au nom de groupes islamistes (Al-Qaida ou Daesh). Des hommes ont tué des hommes et des femmes qui avaient le malheur de déplaire à cause de leurs dessins, de leur appartenance (réelle ou supposée) à la religion juive ou parce qu’ils étaient là pour faire leur travail de maintien de l’ordre. C’est aussi bête que cela et c’est révoltant en soi. La première violence a touché des hommes et des femmes, des personnes de chair et de sang et leur famille à qui ils manqueront.

En tentant de donner trop rapidement une interprétation symbolique de ces faits, nous perdons d’abord le contact avec cette première et dure réalité de la violence et de la mort. Non, avant tout, ce n’est pas Charlie qui a été blessé, ni la liberté d’expression, ni la République ; ce sont, avant tout, surtout, des personnes qui ont été assassinées et cela nous attriste et nous révolte légitimement. Le fait que ces crimes aient été commis au nom de Dieu attriste encore plus les croyants.

Au-delà des faits, il n’est pas interdit naturellement de tenter de fournir une interprétation des évènements mais il faut alors être prudent. C’est là que les choses se compliquent.

D’abord, je crois que la comparaison avec le 11 septembre est une ânerie. D’une part, les circonstances me semblent très différentes et difficilement comparables : les Etats-Unis n’avaient quasiment jamais connu le terrorisme sur le territoire ; les méthodes sont différentes ; le nombre de victimes aussi. D’autre part, et surtout, on voit ce que cela a provoqué comme réaction aux Etats-Unis : la guerre contre le terrorisme qui n’a finalement fait qu’alimenter le feu qu’elle prétendait éteindre tout en limitant les libertés avec la bénédiction des représentants du peuple grâce au Patriot Act

C’est là en réalité que mon inquiétude se fait la plus vive et c’est pour ça que j’écris finalement ce billet. Dès le lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, de nombreuses voix ont réclamé une réaction forte de l’Etat pour engager la guerre contre le terrorisme. Après ce que le pays vient de vivre, la réaction est bien naturelle mais elle n’est sans doute pas très rationnelle, ni raisonnable.

Les terroristes ont bien tenté de porter atteinte à la liberté d’expression par leur action mais ils en sont en réalité bien incapables. Par définition, le terrorisme est l’arme des faibles : ils ne peuvent que tenter de susciter la peur et la réaction du gouvernement. La liberté d’expression sera alors atteinte si nous cédons à la peur et nous autocensurons pour ne pas risquer de représailles ou si le gouvernement restreint lui-même les libertés sous prétexte de mener la guerre contre le terrorisme. Une autre réponse à cette attaque serait donc de renforcer notre liberté intérieure, notre liberté personnelle, de lutter contre notre peur et de vivre normalement, comme avant, en utilisant la liberté d’expression éventuellement avec mauvais goût dans l’esprit de Charlie Hebdo. Une autre réponse serait largement spirituelle : l’islamisme, en France, se nourrit notamment de la misère spirituelle de notre société et d’une partie de sa jeunesse ; redonner le sens du spirituel n’est pas le problème, c’est une part de la solution. Une autre réponse serait de ne pas céder à la tentation d’un Patriot Act à la française car, alors, les libertés, et notamment la liberté d’expression, risqueraient d’être atteintes. La logique du terrorisme est précisément de placer les démocraties dans une position où elles sont amenées à restreindre les libertés et à se mettre en contradiction avec leurs valeurs fondamentales. Les ennemis de la démocratie auraient alors beau jeu de pointer les incohérences et l’hypocrisie des gouvernements. Si la liberté est menacée, c’est par notre réaction face au terrorisme, bien plus que par le terrorisme lui-même.

Pour terminer, la recherche de l’unité nationale me semble ambiguë. L’union est un mécanisme de défense légitime et, semble-t-il, assez efficace. Si l’union aide certains à passer un moment difficile, on parle souvent de la résilience, c’est une bonne chose mais il ne faut pas se faire d’illusion, sinon ce sera simplement du déni. A supposer que l’unité nationale ait existé par le passé, il faut bien reconnaître que la société française est aujourd’hui très fragmentée et que la volonté de vivre ensemble est largement compromise. Si le mouvement suscité par les attentats semble pour l’instant assez inclusif, il reste très émotionnel et de ce fait, à mon avis (mais je ne suis pas un grand sentimental) très instable et peu contrôlable. Il ne doit pas faire oublier les attaques (de faible intensité certes mais réelles) contre la communauté musulmane depuis mercredi dernier. Lorsque l’émotion sera retombée, la recherche de l’unanimité risque de se faire au détriment, notamment, des musulmans. L’union est juste un mécanisme de défense ; elle ne doit pas devenir un objectif sinon, ce qui suit c’est la recherche du bouc émissaire et, à nouveau, la restriction des libertés.

N’ayons pas peur et restons libres !

Advertisements
4 commentaires leave one →
  1. René de Sévérac permalink
    12 janvier 2015 15 h 03 mi

    Tout d’abord, pas de comparaison avec le 11 septembre.
    En 2001, aux USA, il s’agit d’une action d’une organisation terroriste.
    En 2015, à Paris, il s’agit de l’action de « déséquilibrés » (au départ le terme me semblait inadapté -parce que minorant-, puis j’ai rectifié mon point de vue), j’ai défini ailleurs ce point, mais je préfère reprendre votre terminologie : « l’islamisme, en France, se nourrit notamment de la misère spirituelle de notre société et d’une partie de sa jeunesse » illuminée par une référence « romantique » au Coran comme en d’autre temps la référence au Capital.
    Bref une guerre menée par (une partie de) notre peuple.
    Ou par le Peuple de Substitution !

    Ensuite, les choix de nos gouvernants (les plus mauvais de notre Histoire) « recherche de l’unité nationale » ne semble pas appropriée car elle exigerait la définition de l’ennemi.
    Pour certains, l’ennemi serait le musulman et la difficulté (d’où ambiguïté que vous notez) fut masquée hier par l’organisation d’une procession où l’union est factice.
    Seuls les musulmans ne s’y sont pas exagérément montré !
    Car eux savaient où étaient les ennemis du peuple.

    Un égaré du web lisant encore ce blog (pas si mort, j’espère).
    Bonne Année sans rire vu les circonstances.

    J'aime

  2. René de Sévérac permalink
    12 janvier 2015 15 h 08 mi

    Un slogan de la place de la République :
    l’image est refusée, donc sur un panneau de 1 mère-carré :
    Le « Pen », touche pas à mon « Crayon ».
    Sans commentaire.

    J'aime

  3. 12 janvier 2015 23 h 05 mi

    Bonsoir ! Un billet « tous les tremblements de terre », mais qui vaillent à chaque fois le coup d’œil ! 😉 Un autre « égaré du web »(quoique) lisant encore ce blog(pas mort, je l’espère aussi !)
    Sinon, votre billet me rappelle ce billet de Patrice de Plunkett sur le même sujet : http://plunkett.hautetfort.com/archive/2015/01/12/tous-ensemble -pour-faire-quoi -5532122.html

    Cordialement, et bon retour sur la toile !
    Pep’s

    J'aime

  4. 15 janvier 2015 12 h 55 mi

    Une analyse partagée ! Deux premiers articles sont publiés sur mon blog, d’autres vont venir. Le prochain s’attardera sur la « liberté d’expression » et un autre sur la « laïcité ».

    Au plaisir de vous lire 🙂

    https://lecerclebrise.wordpress.com/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :